MON MOIS SPORTIF

Mon Mois Sportif #octobre2018

1 novembre 2018

sport-mon-mois-sportif-course-a-pied-running-fitness-yoga

Déjà le dixième billet de cette série « Mon Mois Sportif », et je dois dire que celui-ci m’a donné du fil à retordre. Je vous le disais le mois dernier, j’ai déménagé et je suis rentrée en Lorraine (retrouvez tous mes récapitulatifs mensuels  ici). L’occasion pour moi de retrouver certaines habitudes, d’en perdre d’autres. Bref, moi qui aime me lancer des challenges, celui de conserver une hygiène de vie en accord avec mes valeurs était tout trouvé pour le mois d’octobre qui débutait. Malheureusement, le destin en a décidé autrement. Je vous raconte tout ça dans cet article.
.

Ma pratique sportive #octobre2018

sport-mon-mois-sportif-course-a-pied-running-fitness-yoga

 

Course à pieds

Le mois dernier, j’évoquais mon enthousiasme à rentrer en Lorraine pour retrouver mes parcours favoris, ceux où j’ai débuté la course à pieds il y a plus de 12 ans. Et effectivement, en rentrant l’envie et la motivation sont revenues. L’été indien et ses températures estivales ont sûrement eu une petite influence sur mon entrain. Je suis donc allée courir le mardi 2 octobre, quelques jours à peine après mon retour. 9 kilomètres de bonheur, sans regarder ma montre, aux sensations, à respirer l’air frais, profiter de la nature, du soleil… Seulement voilà, à peine la sortie bouclée, j’ai senti une douleur sur le dessus du pied droit. Une douleur que je ne connaissais pas. De par mon syndrome fémoro-patellaire aux deux genoux, il m’arrive d’avoir des douleurs aux pieds, notamment le gauche. Mais là, la douleur était totalement différente. Je ne me suis pas trop inquiétée, il m’arrive de me torde la cheville sur des terrains instables, c’était le cas ce jour-là.

Seulement voilà, les jours passent est la douleur ne passe pas. Je ne suis pas retournée courir, j’en étais incapable de toute manière. Sauf que je n’ai pas totalement ralenti/arrêté le sport pour soigner cette douleur…

HIIT/Entraînement à haute intensité

Comme je viens de  le dire, je n’ai pas levé le pied totalement, et ce malgré la douleur, présente en activité comme au repos. J’ai continué à faire du sport à travers des entrainements de type HIIT. Je vous disais récemment, je souhaite gagner en intensité et en explosivité. Et comme j’ai moins axé à ma salle de sport maintenant que je suis en Lorraine, c’était l’occasion de me challenger sur ce point, puisqu’il ne nécessite pas de matériel particulier. J’ai donc commencé le challenge de 3 entraînements par semaine, pendant 1 mois. Ces entraînements sont courts, une vingtaine de minutes environ, et implique l’enchaînements de différents exercices faisant monter le rythme cardiaque.

Malgré la douleur au pied droit, j’ai continué ces HIIT pendant une bonne semaine. Est-ce que j’en suis fière ? Absolument pas. Avec du recul, je me sens même totalement ridicule. Moi qui ai déjà connu des périodes de blessures, je sais ce que cela implique. Je me dit que j’apprends de ces blessures, que je ne ferais pas les mêmes erreurs, etc. Sauf que voilà, quand on aime on ne compte pas et il est difficile d’écouter sa raison plutôt que son coeur. La douleur ne passant pas, n’intensifiant même, je n’ai pas eu d’autre choix que de faire face à cette réalité. J’ai donc décidé de prendre rendez-vous chez mon médecin.

Renforcement musculaire

Etant plus éloignée de ma salle de sport que je l’étais à Paris, je me suis par conséquent bien moins entraînée que ces 6 derniers mois. C’était l’occasion pour moi de me focaliser sur d’autres paramètres : mon explosivité. Bon vous l’avez compris, la réalisation de ce challenge a été plus que compromis avec ma douleur. Seulement voilà, comment demander à quelqu’un qui fait du sport quotidiennement de ne plus rien faire du jour au lendemain, vous vous doutez que c’est compliqué à gérer psychologiquement et mentalement. Ce serait comme demander à un cuisinier de plus cuisiner et de manger que des plats préparer ou à un informaticien de travailler uniquement avec un papier et un crayon. Alors j’ai pas pu m’empêcher de me bouger un minimum, en limitant les impacts des membres inférieurs. Je me suis donc contenté de quelques séances d’abdominaux/gainage lorsque la douleur était encore vive. Puis je suis allée quelques fois à la salle de sport, faire mes séances qui n’entraînent pas d’impacts.

Yoga/stretching

Avec ma blessure, j’aurais pu en profiter pour adopter une routine plus axée sur le bien-être, en faisant du yoga, des étirements, etc. Et pourtant ce n’est pas ce à quoi j’avais envie ce mois-ci. Je sais que la pratique du yoga me fait beaucoup de bien au corps comme à la tête. L’idée m’est traversé l’esprit une ou deux fois, mais l’envie n’était pas là. Alors je ne me suis pas forcée. Je ressentirai peut-être le besoin de m’y remettre le mois prochain, et dans ce cas je n’hésite pas à dérouler mon tapis.
.

Ma blessure #octobre2018

Après avoir fait un petit récapitulatif sur mes activités sportives du mois qui vient de s’écouler. Vous avez pu apprendre comment cette douleur est apparue, le 2 octobre dernier. Je vous en dis donc un petit peu plus sur cette douleur qui était finalement plus qu’une simple douleur bénigne. Une semaine plus tard, le 9, je suis allée chez le kinésithérapeute. J’avais une ordonnance (prescrite pour gagner en équilibre et stabilité au niveau des chevilles) depuis quelques mois que je n’avais toujours pas utilisé. Je me suis donc dit qu’il était temps d’y aller et j’ai profité de celui chez lequel se fait soigner ma maman. Il pratique la course à pieds comme moi et est actuellement en formation d’ostéopathie. Après 2 séances, la douleur était toujours là et au vu de celle-ci, mon kiné m’a évoqué la possibilité d’une fracture de fatigue au niveau du 4ème métatarse. Autant vous dire que ces mots ont été assez durs à entendre. Moi qui n’ai quasiment pas couru pendant 6 mois, comment une fracture peut-elle survenir ? C’était impensable pour moi ! Pour me rassurer, j’ai pris rendez-vous chez mon médecin traitant dans l’objectif d’obtenir une imagerie médicale qui permettrait d’écarter ce diagnostic qui me faisait peur et auquel je ne voulais pas croire.

Le 12 octobre je suis donc allée chez mon médecin. Après occultation, l’origine vient bien du 4ème métatarse et une blessure osseuse plutôt que ligamentaire ou tendineuse était privilégiée. Pour en savoir un plus, une radiographie m’a été prescrite. En attendant pas d’activité physique et une décharge du pied au maximum. Ma radiographie a eu lieu le 15, et n’a rien donné ou presque… Pas de fracture apparente, mais un petit point noir au niveau du 4ème métatarse était bien là. Une fracture ou fissure de fatigue ? Un hématome osseux ? Telle était (et est toujours) la question. Mon médecin traitement a demandé une IRM pour pouvoir voir plus en détail et pouvoir enfin poser un diagnostic sur cette douleur. Le rendez-vous est pris pour le 5 novembre prochain.

En attendant, toujours interdite de sport par mon médecin traitant, j’ai continué mes séances de kinésithérapie. Des massages, de l’électrostimulation, des manipulations, des ondes de chocs pour essayer de débloquer mon calcanéum bien bloqué qui pourrait aussi créer de la tension et des douleurs. Au vue de l’évolution au fil des séances de kiné et de l’amélioration de ma douleur et sous les conseils de mon kiné, je suis allée courir le 25 octobre. Je ne me suis pas sentie 100% sereine, j’ai toujours senti une gène, mais rien d’insupportable. Seulement 2 kilomètres, mais suffisamment pour me rassurer un petit peu en attendant mon IRM dans quelques jours. Je ne me réjouis pas trop vite, j’attends cette IRM avec impatience pour être fixée, mais je suis plus sereine en ce fin de mois qu’au début. Affaire à suivre…
.

Mon alimentation #octobre2018

Côté alimentation, qui dit retour en Lorraine, dit retour à la maison familiale. Fini les repas en solitaire devant mon ordinateur ou mon téléphone (oui je sais ce n’est pas la meilleure manière de manger, mais qui ne le fait pas lorsqu’il/elle mange seul(e)). J’ai donc profité des fruits et légumes du jardin, de la cuisine de 16 mètres carrés (presque aussi grande que l’ensemble de mon appartement parisien…). Je continue encore aujourd’hui d’aller cueillir fraises et framboises, c’est dingue non ? Et mieux encore, au lieu de ne cuisiner que pour moi, je prends plaisir à cuisiner pour plusieurs et ça c’est chouette ! 

Par contre, mon mode d’alimentation lui n’a pas changé, mes habitudes restes les mêmes. J’ai envahi la cuisine de tous mes bocaux. Mes parents consomment de la viande régulièrement, moi je n’en consomme plus. Je me prépare donc mes sources de protéines végétales de mon côté. J’entends parfois certaines personnes dire qu’elles ne peuvent pas changer leurs habitudes alimentaires à cause de leur entourage, etc. Et bien je peux dire que c’est une mauvaise excuse, car après avoir vécu 8 ans seule, le retour à la en « communauté » ne m’empêche pas de manger comme je le souhaite.

Ce mois-ci, et sûrement car je ne vis plus seule, j’ai été moins regardante sur mes apports et leurs quantités. J’ai aussi fait bien moins de sport que les mois précédents. Et pourtant je me sens plutôt bien dans mon corps. J’ai peut-être pris quelques grammes, mais ma foi ça ne me pose pas tant de problèmes que ça. C’est bientôt l’hiver, je me prépare pour ne pas avoir froid, ah. Non blague à part, j’ai mon poids de forme depuis quelques années maintenant et je sais que j’y reste ou y reviens assez rapidement, donc je ne me pose plus autant de questions que j’ai pu le faire.
.

Mon sommeil #octobre2018

Je comptais sur le mois d’octobre pour me reposer, car j’en avais bien besoin. Et bien maintenant que ce mois est terminé, je dois dire que je suis reposée. Pourtant je n’ai pas spécialement fait de grasse matinée, je me suis juste couchée moins tard et levée généralement entre 7h00 et 7h00. Ce qui m’a permis de bénéficier d’en moyenne 8h00 de sommeil par nuit et donc de récupérer petit à petit mon manque de sommeil. 

sport-mon-mois-sportif-course-a-pied-running-fitness-yoga.

J’espère que votre état physique et de santé était meilleur que le mien en ce mois d’octobre. Et comme je le disais dans un de mes posts Instagram récemment, prêtez attention aux signaux de votre corps : manque de sommeil, perte d’énergie, etc. Prenez soin de vous et n’oubliez pas « Vaut mieux prévenir que guérir », alors n’hésitez pas à vous entourer de spécialistes compétents. On se donne rendez-vous dans un mois pour le bilan de novembre, en espérant être totalement sur pieds. 

A très vite,

cropped-new_identite3.jpgInstagram | Facebook

 

6
  • Reply
    Claire
    2 novembre 2018 at 17 h 51 min

    Hello Marie,
    Quel dommage pour ton pied ! Mais comme tu le sais, ce genre de signale que ton corps t’envoie est sûrement une façon de te demander de ralentir un peu. Je sais que ce n’est pas facile, j’étais très frustrée quand j’ai eu mon syndrome rotulien avec interdiction d’aller courir.
    Peut-être que tu pourras trouver une alternative temporaire avec la natation ?
    Aussi je ne sais pas quel yoga tu as eu l’occasion de pratiquer, mais il y a des yogas dynamiques qui permettent de se défouler malgré tout ! J’essaie de faire quelques séances de ce type pour gagner en force et améliorer mon cardio un petit peu.
    Bon rétablissement et surtout n’oublies pas de lâcher prise, la forme reviendra j’en suis sûre !
    Belle soirée
    Claire

    • Reply
      Marie Eppe
      3 novembre 2018 at 23 h 21 min

      Bonjour Claire,
      Et oui je le sais (trop) bien. Pourtant ce n’est pas toujours facile de ralentir lorsque l’on aime ça et que le sport est notre bouffée d’oxygène. La natation, j’ai vraiment du mal, je n’apprécie vraiment pas trop ça… Je suis allée courir 5 kilomètres hier sans douleurs, et ma marche de 14 kilomètres d’aujourd’hui n’a pas été douloureuse non plus, même à froid. Alors le repos semble avoir été bénéfique, ainsi que mes séances de kinésithérapie. J’y retourne lundi d’ailleurs, jour de mon IRM également.
      Je suis curieuse de connaître les vidéos que tu suis pour faire ces séances un petit peu plus dynamiques, je pense que ça me correspondrait davantage.
      En tout cas, merci beaucoup Claire !
      A bientôt,

  • Reply
    FANNY
    5 novembre 2018 at 9 h 50 min

    Aïe je sais à quel point une blessure peut mettre un gros coup au moral… Tu as su gérer ce petit aléa avec beaucoup de philosophie cependant.
    J’espère que ça va vite passer, mais vu que tu sais prendre ton mal en patience ça devrait vite rentrer dans l’ordre 🙂
    J’adore te lire continue ce que tu fais, ton mode de vie et tes engagements me correspondent tout à fait !

    • Reply
      Marie Eppe
      11 novembre 2018 at 0 h 14 min

      Bonjour Fanny,
      Merci beaucoup pour tes quelques mots bienveillants. Tout rentre dans l’ordre, je prends le temps de consolider cette fracture pour repartir de plus belle ensuite. Encore merci pour ton soutien quotidien ici et sur Instagram qui me fait chaud au coeur.
      A bientôt,

  • Reply
    Aurélie
    6 novembre 2018 at 10 h 47 min

    Bonjour Marie,
    As tu eu les résultats de ton IRM ? Je comprends que ce soit frustrant , comme je disais à quelqu’un d’autre sur IG, peut etre est ce le moment de réorienter ta pratique sportive. Aurais tu fait cette belle marche si tu pouvais courir ? Et puis voila, raison de plus de chouchouter ton corps. Enn tout cas je te trouve positive et bienveillante =)

    • Reply
      Marie Eppe
      11 novembre 2018 at 0 h 20 min

      Bonjour Aurélie,
      Oui, j’ai passé mon IRM lundi et il s’agit bel et bien d’une fracture de fatigue (non pas au 4ème métatarse, mais au 3ème métatarse). Après 1 mois d’arrêt, la fracture est déjà bien consolidée. Encore quelques jours/semaines et je pourrai reprendre sereinement. Ma pratique sportive est déjà bien variée, je ne suis pas uniquement une runneuse, bien au contraire. Je pratique la musculation 4 fois par semaine en moyenne. Et ce sport est très complémentaire à la course à pieds puisqu’il me permet de renforcer mes quadriceps, fessiers et sangle abdominale, indispensables en course à pieds. Et je compte bien continuer cette routine pour mes prochains objectifs running.
      Merci beaucoup pour tes quelques mots en tout cas.
      A très vite j’espère,

Leave a Reply