Instagram a retourné des données invalides.
MINIMALISME ZERO-DECHET

Je définis mon éthique (et vous propose de faire de-même…)

5 janvier 2020

Cet article est le premier de l’année 2020, je tiens donc à vous souhaiter une très belle année 2020 qu’elle rime avec épanouissement personnel et professionnel pour chacun(e) d’entre vous/nous. L’année 2019 a été une année rythmée par de nombreuses remises en question et prises de conscience. J’ai beaucoup grandi cette année, j’ai parfois eu l’impression de me perdre, mais je me suis finalement trouvée.

Avoir des valeurs éthiques pas toujours compatibles

Une petite introduction personnelle qui explique finalement le sujet de cet article. Vous le savez sûrement, je suis en création d’entreprise, une entreprise alimentaire anti-gaspillage (In Extremis) qui me permet de lier mes compétences professionnelles à mes valeurs et engagements personnels. L’occasion pour moi de vivre pleinement en accord avec la personne que je suis et les valeurs que je défends. Mais mes valeurs sont nombreuses et il n’est pas toujours simple de réussir à les concilier. D’autant plus au démarrage d’une activité. Je me suis pourtant obstinée une bonne partie de l’année à souhaiter que mon premier produit réponde à tous ces critères, toutes ces valeurs, pour le lancer. Je le souhaitais anti-gaspillage, zéro-plastique, zéro-déchet, français mais aussi local, bio, sain, …

Sur le plan professionnel, mon éthique et mes valeurs m’ont poussé à de grands questionnements. Mais sur le plan personnel aussi. Vous connaissez peut-être ce moment où vous êtes face à un produit alimentaire en « date courte » (qui risque donc de finir à la poubelle), mais emballé dans un emballage plastique. Ce moment de dilemme intérieur où vous vous demandez : « Est-ce que je privilégie l’anti-gaspillage ou le zéro-plastique ? ». Vous l’aurez compris, ce dilemme, je l’ai/le rencontre régulièrement autant sur le plan personnel que professionnel et je le trouve à la fois angoissant et limitant… J’ai donc récemment décidé de définir mon éthique.

Je définis mon éthique

En travaillant sur mon projet professionnel, mais aussi en me questionnant personnellement, j’ai pu me rendre compte que certaines valeurs, certaines causes, certaines engagements sont pour moi plus importants que d’autres. Ce travail ne s’est pas fait en une journée, m’a demandé beaucoup de réflexions.

J’ai commencé par faire le point sur toutes ces valeurs qui me tiennent à coeur. Je les ai noté au fur et à mesure :

la lutte contre le gaspillage alimentaire, l’alimentation locale, la saisonnalité, le savoir-faire français, l’agriculture française, l’origine, le made-in France, l’artisanat, le zéro-plastique, le sans emballage, l’agriculture bio, l’agriculture raisonnée, la seconde main, l’impact carbone, la préservation de l’environnement, la cause animale, la consommation de viande, l’alimentation saine et équilibrée, le fait maison, l’alimentation ultra-transformée…

.

Une fois qu’il me semblait avoir répertorié l’ensemble de mes valeurs éthiques et écologiques, j’ai choisi les 5 critères les plus importants à mes yeux :

Sur le plan personnel

la lutte contre le gaspillage alimentaire/la préservation de l’environnement ;
l’alimentation locale ;
la seconde main ;
le sans emballage ;
l’agriculture française et raisonnée.

Sur le plan professionnel

la lutte contre le gaspillage alimentaire/la préservation de l’environnement ;
le savoir-faire français/le made-in France ;
le zéro-plastique ;
l’alimentation saine et équilibrée ;
l’agriculture française et raisonnée.

.

Une fois les 5 critères les plus importants à mes yeux choisis, je les ai classé par ordre croissant. Le premier étant celui sur lequel je ne peux pas faire l’impasse, peu importe la situation, le cinquième où je suis prête à faire des concessions si une situation le demande :

Sur le plan personnel

la lutte contre le gaspillage alimentaire/la préservation de l’environnement ;
l’alimentation locale ;
la seconde main ;
l’agriculture française et raisonnée ;
le sans emballage.

Sur le plan professionnel

la lutte contre le gaspillage alimentaire/la préservation de l’environnement ;
le savoir-faire français/le made-in France ;
l’agriculture française et raisonnée ;
le zéro-plastique ;
l’alimentation saine et équilibrée.

.

Aujourd’hui, si sur le plan personnel je suis dans la situation que je citais tout à l’heure où je suis face à un produit alimentaire prêt à être jeté (car presque périmé) mais qu’il est emballé dans un emballage plastique et bien je privilégie de lutter contre le gaspillage alimentaire plutôt que pour le zéro-déchet. En ce qui concerne l’aspect professionnel avec mon projet de produits alimentaires anti-gaspillage revalorisant les co-produits, si au début de mon activité, mon produit n’est pas zéro-déchet, bio ou qu’il n’affiche pas la qualité nutritionnelle que je souhaiterais, c’est OK. Ces critères représentent des pistes d’améliorations pour l’avenir.

Je vous ai préparé un petit template pour que vous puissiez vous aussi définir votre éthique. N’hésitez pas à le partager sur Instagram en me mentionnant (@marieeppe), je serais ravie de les découvrir.

Un dernier petit mot, ne cherchez pas la perfection, ne vous flagellez pas. Acceptez vos failles, vos faux pas et accueillez les avec bienveillance.

Signature-MarieEPPE

A très vite,

.
.

2
  • Reply
    Julie
    5 janvier 2020 at 9 h 08 min

    J’aime beaucoup cette idée d’équilibre que tu as trouvé entre les différents courants proposés en ce moment. C’est très inspirant. Merci!

    • Reply
      Marie Eppe
      5 janvier 2020 at 15 h 27 min

      Merci beaucoup Julie, je suis ravie que cet article ait pu te plaire !
      A très vite,

  • Reply
    Josée Cousineau
    5 janvier 2020 at 12 h 58 min

    J’aime ta conclusion.. « Un dernier petit mot, ne cherchez pas la perfection, ne vous flagellez pas. Acceptez vos failles, vos faux pas… » parce que je ne me considère pas parfait, loin de là. Mais je fais plein de petits efforts qui je l’espère ont un effet positif sur l’environnement. Aussi, je privilégie également les achats locaux, lorsque c’est possible. Je regarde toujours d’ou proviennent les produits avant d’acheter. Évidemment, je ne pourrais pas acheter une banane ou une orange provenant de mon pays, mais pour le reste, je suis très attentive. Au plaisir de te lire en 2020. Bisousxxx du Québec.

    • Reply
      Marie Eppe
      5 janvier 2020 at 20 h 47 min

      Bonsoir Josée,
      Chaque effort compte, alors aucune inquiétude là-dessus, sois fière de chacun de très gestes !
      A très vite pour de prochains articles,

Leave a Reply