Instagram a retourné des données invalides.
MINIMALISME MODE ETHIQUE

Minimalisme et mode éthique : mes achats vestimentaires en 2 ans

20 octobre 2019

mode-ethique-minimalisme-mesachatsen2ans

Je suis contente de vous retrouver aujourd’hui pour un article qui trottait dans un coin de ma tête depuis un petit moment déjà. Aujourd’hui, je partage avec vous mes achats vestimentaires sur presque 2 ans (sur les 21 derniers mois). Tenant mes comptes mensuellement, j’ai pu facilement retrouver mes achats vestimentaires depuis janvier 2018.

Je vous ai déjà parlé de mode éthique, de penderie minimaliste, de seconde main par ici (retrouvez tous les articles sur cette thématique juste ici). Je vous ai partagé mes astuces, mes conseils, mais je ne vous ai jamais parlé de mon expérience personnelle concrètement. Et comme rien n’est plus réaliste que de faire part de sa propre expérience et bien c’est ce que j’ai décidé de faire aujourd’hui avec vous.

Pour commencer, je vais donc énumérer l’ensemble de mes achats sur (presque) ces deux dernières années. Ensuite, je répertorierai ces achats (neuf, seconde main, éthique). Et enfin, je ferai le point sur ces achats (utiles, erreurs, budget, etc).
.

Mes achats sur 21 mois (de janvier 2018 à septembre 2019)

  • 1 doudoune Bonobo (collection Instinct) (neuf + éthique) – 30€
  • 1 marinière blanc/bleu marine (seconde main) – 23€
  • 1 sweat Serge Blanco (seconde main) – 6€
  • 1 paire de derbies (seconde main) – 20€
  • 1 jupe plissée &Others Stories (seconde main) – 10€
  • 1 ensemble de sous-vêtements Oysho (neuf) – 26€
  • 1 paire de baskets de sport intérieur Reebok (seconde main) – 16€
  • 1 paire de sneakers Veja (seconde main + éthique) – 60€
  • 1 pull blanc crème Boutique Indépendante (neuf) – 16,0€
  • 1 jeans noir Boutique Indépendante (neuf) – 24€
  • 1 paire de baskets de running New Balance (seconde main) – 40€
  • 1 marinière (seconde main) – 3€
  • 1 gilet noir basique C&A (seconde main) – 3€
  • 1 blouse blanche Karl Marc John (seconde main) – 3€
  • 1 marinière blanc/orange Karl Marc John (seconde main) – 8€
  • 1 débardeur blanc (seconde main) – 4€
  • 1 t-shirt blanc marine basique (seconde main) – 5€
  • 1 paire de sandales Bayton (seconde main) – 40€
  • 1 robe rouge imprimée Boutique Indépendante (neuf) – 15€
  • 1 maillot de bain Arena (seconde main) – 5€
  • 1 brassière de sport Adidas (seconde main) – 8€
  • 1 paire de sneakers Veja (seconde main + éthique) – 25€
    .

Achats neufs, de seconde main et/ou éthiques ?

Sur 21 mois j’ai fait 22 achats, ce qui représente environ 1 achat par mois. Dit comme ça, cela peut paraître peu pour certains, beaucoup d’autres. Pour moi, 1 achat par mois c’est « beaucoup ». Je relativise tout de même car sur cette période, j’avais besoin de renouveler quelques trucs dans ma garde robe. Je crois que je vous l’avais dit dans un précédent article, mais ma penderie était si minimaliste et mes vêtements dataient de si longtemps que je commençais un petit peu à m’ennuyer ou me sentir un petit peu frustrer. En déménageant en octobre dernier et en passant d’étudiante à « adulte », je crois que j’avais besoin de renouveler quelques pièces de ma garde robe. Dans ce contexte, ces 22 achats ne sont donc pas si importants. D’autant plus qu’en regardant mes historiques sur l’application Vinted (que j’utilise beaucoup et dont je vous parle juste ici), j’ai pu voir que j’ai réalisé 27 ventes. Et à cela vient s’ajouter des dons à Emmaüs ou Le Relais. Ma règle « une pièce qui entre dans ma garde robe égal une pièce qui en sort » est bel et bien respectée.

Parmi ces 22 achats, 17 sont des achats de seconde main. Ce qui représente plus de 3/4 de mes achats (77%). Lorsque je vous dis que je suis une adepte de la seconde main, ces chiffres parlent d’eux-mêmes je crois. Bien qu’acheter de seconde main puisse être considéré comme un achat éthique, il m’est toujours difficile d’acheter auprès de marques éthiques. Parmi les 22 achats, seulement 3 sont des marques éthiques (dont 2 à la fois de marque éthique et de seconde main). La chose qui me freine encore aujourd’hui est le prix. En étant étudiante je n’avais pas spécialement le budget, et en étant aujourd’hui en création d’entreprise, je ne l’ai toujours pas pour le moment. Mais j’espère bien pouvoir soutenir et contribuer à faire vivre de jeunes entreprises de mode éthique. Alors même si mes achats de seconde main peuvent venir de marques de la fast fashion, étant donné que je les achète d’occasion, je ne contribue pas à leur (sur)production et considère donc ces achats comme des achats éthiques.
.

Achats réfléchis ou achats compulsifs ?

Les 17 achats d’occasion ont été des achats raisonnés et nécessaires. Il s’agit soit de pièces manquantes à ma garde robe (maillot de bain de natation, jupe plissée, paire de baskets de sport intérieur…), soit de basiques qui sont venus remplacer d’autres basiques trop usés ou abimés (marinières, paire de derbies, paire de sandales, brassière de sport, gilet noir…). D’ailleurs, 6 concernent des chaussures. Des achats qui s’expliquent par mes soucis de santé aux pieds. Ne pouvant mettre que des baskets, elles s’usent rapidement et je suis contrainte de les renouveler si je ne veux pas souffrir à nouveaux de mes douleurs inflammatoires chroniques. Des achats « récurrents » donc, mais je prends soin de choisir des paires neuves ou quasiment neuves, mais d’occasion (très peu portées).

En ce qui concerne les 5 achats neufs, 2 sont des achats réfléchis et 3 sont des achats compulsifs ou mal anticipés. La doudoune est un achat neuf, mais éthique. D’autant plus que je n’avais pas ce genre de pièce dans ma penderie. L’ensemble de sous-vêtements est un achat nécessaire et je dois dire que je n’ai pas encore osé passer le cap de l’occasion sur ce genre de pièces. J’ai pourtant acheté un maillot de bain d’occasion récemment. Je pense que je n’aurais pas trop de mal à acheter un soutien-gorge d’occasion, mais une culotte, vraiment pas. Je ne me suis pas tournée vers une marque éthique tout simplement pour le coût financier. Concernant la robe rouge imprimée, il s’agit d’un achat mal anticipé. Je n’avais pas de pièce rouge dans ma garde robe (et en avais besoin pour l’EVJF d’une amie). J’aurais très bien pu trouver ce type de pièce d’occasion, mais je ne l’ai pas anticipé et m’y suis prise trop tard. J’ai donc dû l’acheter neuf. Par contre je ne regrette pas cet achat, je la porte régulièrement depuis et la reporterai les saisons prochaines. Pour ce qui est du pull blanc crème et du jeans noir, ce sont clairement des achats compulsifs. Lors d’un week-end avec des amies, nous avons fait quelques boutiques, elles ont acheté quelques pièces et je les ai suivi alors que je n’avais pas spécialement besoin de ces deux pièces. Je porte encore le jeans pour aller travailler, il me sert tout de même. Par contre le pull a mal vieilli dès le premier lavage (les coutures ont vite vrillées et la maille a bouloché…). Je ne regrette pas ces achats car sur le moment, cela m’a fait plaisir, mais ils n’étaient vraiment pas nécessaires.
.

Et côté budget, qu’est-ce que ça donne ?

Pour finir, je fais un petit point sur l’aspect financier. En 21 mois, j’ai donc réalisé 22 achats qui m’ont coûté au total 382€. Les achats n’ont pas été réguliers, mais si je réparti ça de manière mensuelle, cela correspond à 18 € par mois. Encore une fois ces chiffres sont subjectifs, cela peut être peu pour certains et beaucoup pour d’autres. Dans mon cas, cette somme correspond au budget que je souhaite allouer à cette catégorie d’achats. D’autant plus que j’ai réalisé plus de ventes que d’achats durant cette période. Donc les 382€ ne sortent finalement pas « de ma poche », mais c’est plutôt le bénéfice de mes ventes que je « réinvesti ».
.

J’espère que cet article vous a plu. Tenez-vous une liste qui récapitule vos achats ou tenez-vous vos comptes régulièrement ? Je vous le conseille grandement. Au-delà de savoir ce que vous achetez, ça permet surtout de se rendre compte du budget que l’on alloue aux vêtements. Savoir gérer son argent c’est aussi ça : avoir conscience de ses dépenses pour pouvoir décider de la manière dont nous souhaitons l’utiliser.

A très vite,Signature-MarieEPPE

.
.
.

3
  • Reply
    Léa
    4 novembre 2019 at 10 h 46 min

    Merci Marie pour cet article très intéressant ! Et un grand bravo pour ce chemin parcouru pour une consommation plus éthique, je suis vraiment bluffée ! Ca me fait me poser plein de questions sur ma propre consommation… Je serais ainsi incapable de dire exactement ce que j’ai acheté même en un an, mais je suis certaine que c’est bien plus…. J’utilise Vinted de temps en temps, mais surtout pour vendre. Il faut que je passe le cap de l’achat !

  • Reply
    Matéo GRIPPON
    8 novembre 2019 at 12 h 09 min

    Bonjour,

    Je trouve la réflexion de votre article vraiment intéressant. Je pense qu’il est important de savoir se faire plaisir lorsque l’on est dans ce genre de démarche de mode éthique ou de zéro déchets. Forcément, un jour ou l’autre on fait des « écarts », amis ce n’est pas pour autant qu’il faut se sentir mal avec tout le travail fait à côté de ça !

    Pour ma part, j’ai souhaité sensibiliser mon entourage au « consommer moins & mieux » en me rendant compte que lorsque je parlais de mode éthique, très peu de gens connaissaient les marques existantes, mêmes les plus importantes sur le marché français.

    J’ai finalement lancé ma marque de vêtements éthique, bio & intemporelle, si vous souhaitez y jeter un coup d’œil vous pouvez le faire ici : https://www.leaflong.fr/

    Si jamais vous avez des questions, n’hésitez pas, je serai ravi d’y répondre 🙂

    En vous souhaitant à toutes et à tous une bonne journée,

    Matéo

Leave a Reply