NUTRITION

Monodiète : pourquoi, pour qui, comment ?

21 janvier 2018

Je suis ravie de vous retrouver aujourd’hui pour un aborder un sujet qui me tient à coeur de vous partager. En décembre 2016, puis plus récemment en janvier 2018, j’ai réalisé une monodiète de pommes sur 3 jours. Je sentais que mon système digestif avait besoin d’un petit peu de repos et j’avais besoin de retrouver mes sensations alimentaires, notamment ma sensation de satiété. Durant mes deux périodes de monodiète, je me suis entourée de mes amies naturopathe et diététicienne pour les réaliser dans de bonnes conditions. Les informations trouvées sur Internet étant bien trop insuffisantes et incomplètes à mon goût. Après vous avoir partagé ma monodiète sur Instagram, plusieurs étaient intéressées par un article à ce sujet. Afin de vous donner des  informations précises, je me suis donc entourée de mes amis qualifiées pour vous rédiger cet article. J’espère qu’il pourra vous éclairer sur ce sujet.
.

Qu’est-ce qu’une monodiète ?

Une monodiète consiste à manger qu’un seul et unique aliment durant 1 à 3 jours consécutifs. Pourquoi 72 heures ? Car c’est le temps nécessaire aux cellules de l’intestin pour se renouveler. Le fait de ne consommer qu’un seul aliment va simplifier et alléger le travail du système digestif. Chaque jour, la digestion utilise environ 40% de nos dépenses énergétiques. Réaliser une monodiète c’est donc permettre à notre organisme d’utiliser toute cette énergie à faire autre chose que contribuer à la digestion. Cette énergie servira donc à régénérer d’autres organes, comme le foie par exemple. Durant cette période de monodiète, l’organisme puise dans les réserves et stimule les fonctions d’élimination.

C’est de là que vient le mot tendance « détox », puisque notre organisme se détoxifie de toutes les toxines accumulées. Il est important de ne pas dépasser les 3 jours de monodiète, car au-delà des carences peuvent apparaître. 
.

Quel est le but d’une monodiète ?

Comme je viens de l’aborder juste au-dessus, le but principal d’une monodiète est de mettre le système digestif surmené au repos. nettoyer l’organisme de manière douce tout en apportant des nutriments (contrairement à un jeune strict). Une monodiète peut aussi être réaliser dans le but de retrouver ses sensations alimentaires.

L’organisme possède ce que l’on appelle les « émonctoires ». Ils sont au nombre de 5 (foie, reins, poumon, peau, intestins) et jouent un rôle de « filtre » et permettent au corps de maintenir son équilibre interne. Parfois, ces émonctoires sont saturés (excès alimentaires, maladie, stress, alcool, tabac…). Il devient alors nécessaire de donner un coup de pouce à ces « émonctoires », en les aidant dans leur travail. Réaliser une monodiète est une solution de les aider. entre autre, en pratiquant une monodiète. Chacun d’entre nous est touché par ce problème de saturation émonctorielle. Cependant, nous avons tous une plus ou moins grande capacité à éliminer ces toxines. Chacun réagit différemment en fonction de sa constitution de base.
.

Qui peut faire une monodiète ?

Tout le monde n’est pas capable de se lancer dans une monodiète de 72 heures. Il est important d’en être conscient. Il existe d’ailleurs plusieurs types de personnes, distingués, en nathuropathie, selon leur morphotype. En voici 2, intéressants à étudier lorsque l’on parle de monodiète :

Les sanguino-pléthoriques : de corpulence « trapue », ayant une masse osseuse et musculaire assez importante, le teint coloré, une température corporelle élevée. Ils sont énergiques et résistants à la fatigue. Ils disposent d’une très bonne énergie vitale qui leur donne la capacité à éliminer facilement tous les excès (jusqu’à un certain point).

Les neuro-artrithiques : de corpulence longiligne, ayant une masse musculaire et osseuse peu développée, sensibles au stress et au froid. Ils ont tendance à se déminéraliser rapidement. Leur réserve énergétique vitale est relativement faible ce qui les rend vite fatigables et frileux.

Les sanguino-pléthoriques peuvent se lancer « facilement » dans n’importe quelle monodiète. Les neuro-arthritiques risquent quant à eux de ressentir une sensation de faiblesse et frilosité rapidement. Cela risque d’ailleurs de faire fondre encore plus leur masse musculaire déjà peu développée. Pour ces personnes là, il existe deux solutions possibles. Soit, celle de faire une monodiète de riz complet sur 3 jours si leur poids n’est pas trop faible, ou  celle de pratiquer des monodiètes alternées ou rythmées pour éviter une trop grande déminéralisation et perte de poids.
.

Quels aliments pour une monodiète ?

Puisque le principe est de manger le même aliment durant 3 jours, il est important de choisir un aliment que l’on aime particulièrement. Manger un seul et unique aliment qui nous rebute et qui puisse nous dégoûter dès la première journée, risque de rendre la monodiète compliquée. Le choix de l’aliment dépend également de ce que l’on recherche (et de la saison). Chacun d’entre eux possède ses propres vertus :

  • Pomme : antirhumatismale, diurétique, laxative douce, stomachique, draineur, décongestionnante hépatique ;
  • Raisin : cure d’automne par excellence. Le raisin est un puissant draineur ;
  • Riz complet/semi-complet : idéale en hiver, elle convient particulièrement aux personnes frileuses, nerveuses, déminéralisées et actives. Le riz améliore les symptômes dermatologiques et inflammatoires ;
  • Carotte : intéressante au niveau gastro-intestinal car elle est anti-diarrhéique et cicatrisante. Riche en béta-carotène, la cure de carotte garantie d’en ressortir avec une belle peau.

Ces quatre aliments sont les plus couramment utilisés en monodiète, mais il en existe d’autres (banane, poire…). Il est important que l’aliment choisi soit acheté en étant certifié d’origine biologique. En effet, puisque nous cherchons à éliminer les toxines durant la cure, il serait dommage d’en apporter via les pesticides (pouvant être retrouvés dans des aliments non qualitatifs). Ce serait contre-productif !
.

Quand réaliser une monodiète ?

Le changement de saison est une période idéale pour réaliser une monodiète. Notamment à l’arrivée du printemps ou de l’automne, soit 2 à 3 fois maximum par an. Il n’est cependant pas obligatoire d’attendre le changement de saison. Le plus important étant d’écouter nos sensations, nos besoins. Ballonnements, flatulences, constipation/diarrhée, … sont des signes d’un système digestif malmené qui peut avoir besoin d’être détoxifié. Une période de fatigue inexpliquée, de convalescence (suite à une maladie, blessure) ou la préparation d’un évènement sportif particulier peuvent être d’autres périodes propices à une monodiète.
.

Comment procéder pour réaliser une monodiète ?

Il est important de réaliser une monodiète sur une semaine relativement « peu active », une période qui ne nous demande pas de gros efforts et de grandes dépenses énergétiques. L’idéal est donc de la réaliser durant une semaine de vacances. L’occasion de prendre soin de soi !

PRE-MONODIETE

La suppression des aliments se fait de manière progressive, afin de préparer l’organisme à la monodiète. Il est aussi important de boire suffisamment (1,5 minimum), toujours dans le but de préparer l’organisme.

J-3 : suppression des protéines d’origine animale (viandes, poissons), des fromages affinés et à pâte dure (comté, gruyère, gouda, parmesan, cantal, mimolette).
J-2 : suppression des fruits et aliments sucrés (chocolats, fruits secs, biscuits, miels, confitures…).
J-1 : suppression des féculents et des oeufs.

MONODIETE

L’aliment choisi peut être consommé cru ou cuit, sous toutes ses formes. Pour le cas de la pomme, entière, en morceaux, en quartier, en chips, râpée, au four, en compote, en purée, en jus, etc. Il est possible d’ajouter des épices (notamment la cannelle), qui permettra de réguler la glycémie et d’éviter les fringales. Durant la période de monodiète, boire est important et ne peut pas être négligé (1,5 litres minimum). Le choix des boissons est important : eau, thé vert et infusion (notamment au thym) sont les seules boissons qui peuvent être bues durant cette période (toujours d’origine biologique)

Il n’y a pas de limite dans la consommation de cet aliment. Il peut être mangé à volonté, à partir du moment où l’on écoute nos sensations de faim et de satiété. Puisque le but n’est vraiment pas de s’affamer !

POST-MONODIETE

Après une monodiète, le corps est débarrassé de toutes ses impuretés. La reprise alimentaire doit donc se faire de manière progressive. La réintroduction progressive s’échelonne entre 3 et 10 jours suivant la durée de la détox. Il est important d’écouter son appétit et ses sensations digestives durant cette période. En effet, la reprise alimentaire pourrait occasionner des douleurs abdominales si elle est trop rapide (l’organisme n’est plus habitué à recevoir des aliments, surtout solides, surtout acidifiants).

J+1 : réintroduction des jus de fruits et de légumes (d’abord verts) et des soupes ;
J+2 : réintroduction des légumes cuits et fruits cuits (compotes). Ajouter 1 cuillère à café d’huile d’olive à chaque repas ;
J+3 : réintroduction des fruits crus, des noix et graines, des protéines d’origine végétale (légumineuses, tofu…) ;
J+4 : réintroduction des graines germées, épices et céréales complètes sans gluten (quinoa, millet, sarrasin, riz…) ;
J+5 : réintroduction des viandes blanches, poissons blancs, des oeufs et laitages de chèvre/brebis ;
J+6 : réintroduction des fromages et poissons gras ;
J+7 : réintroduction des viandes rouges ;
J+8 : réintroduction des aliments sucrés (confiture, miel, chocolat, …).

Au bout d’une semaine, vous pourrez reprendre les autres eaux, le thé, le café. Durant la phase de réintroduction, vous consommerez essentiellement de l’eau plate et des infusions (thym, romarin, gingembre, pissenlit, fenouil, ortie, …).
.

Les monodiètes alternatives

Pour les personnes ne se sentant pas capable de tenir une monodiète sur 3 jours, il existe des alternatives :

  • La monodiète alternée : il s’agit de manger un aliment différent à chaque repas. Cette solution évite les frustrations et limite le risque de carences ;
  • La monodiète du soir : elle consiste à manger le même aliment chaque soir, durant 1 semaine ;
  • La monodiète rythmée : il s’agit de manger qu’un seul aliment sur 1 journée entière par semaine, pendant 4 à 8 semaines.
    .
Et concernant les contre-indications ?

Il est déconseillé de réaliser une période de jeûne ou de monodiète lors de diabète insulino-dépendant car les fruits contiennent une quantité importante de sucre. Aussi, pour les personnes ayant un IMC (indice de masse corporelle) trop faible ou des troubles du comportement alimentaire, la monodiète n’est pas vraiment recommandée. En effet, manger un seul et unique aliment pendant 3 jours peut engendrer des frustrations pour certain(e)s. Dans ce cas, le fait de « s’interdire de manger d’autres aliments peut engendrer des pulsions alimentaires par la suite. Une monodiète est aussi déconseillée pour les femmes enceintes, les enfants ou jeunes adolescents.

En aucun cas une monodiète ne doit être réalisée dans un objectif de perte de poids. Une perte de poids peut être constatée à la fin de la monodiète, puisque les intestins sont « vides » et les apports moins importants qu’habituellement. Cependant, dès la réintroduction de toutes les catégories d’aliments, l’organisme retrouve rapidement son poids de forme.
.

Derniers conseils

Il est important de limiter les efforts sportifs pendant une période de monodiète. C’est le moment de privilégier des activités douces et d’aller marcher, prendre l’air, faire une balade à vélo, faire du yoga ou du pilate par exemple. Aussi, le but de la monodiète étant l’élimination des toxines, certains effets secondaires peuvent se manifester. Cela peut être des maux de têtes, des nausées, une poussée d’acné ou d’eczéma… Pas d’inquiétude, c’est signe de vitalité, puisque le corps évacue durant cette période.

.

Pour finir, je tenais à remercier mes amies Julie, nathuropathe, et Tiffany, diététicienne, qui ont contribué à cet article. Il était important pour moi de m’entourer de personnes qualifiées et diplômées, pour écrire cet article. L’article est un petit peu long, mais je voulais complet et précis, j’espère que c’est le cas.

J’ai eu pas mal de questions sur les réseaux sociaux après ma monodiète, j’espère sincèrement que cet article aura pu répondre à vos questions. Si vous en avez d’autres, n’hésitez pas à me les poser en commentaire, je serai ravie de vous répondre.

A très vite,

cropped-new_identite3.jpg

Instagram | Facebook

5
  • Reply
    Green Gazelle
    22 janvier 2018 at 10 h 44 min

    Merci beaucoup pour cet article très instructif et très bien écrit. Du coup, je me reconnais (terriblement) dans le morphotype neuro-artrithique. C’est très surprenant. Je réalise aussi que je fais depuis longtemps sans le savoir des monodiète du soir 🙂
    Cela fait longtemps que je pense à tenter une monodiète sur 3 jours… Mon bidou et moi sommes tellement hs que j’ai même eu du mal à supporter une cure de pro-biotiques.
    Je ne sais pas si tu pourras me répondre. Mais je tente: dans le cas d’une monodiète riz, on a quand même le droit de parfumer, épicer notre riz? La question est peut être un peu idiote.

    Merci encore pour ce partage

    • Reply
      Marie Eppe
      25 janvier 2018 at 8 h 41 min

      Bonjour,
      Merci beaucoup, j’ai mis beaucoup de coeur à rédiger cet article, je suis ravie qu’il puisse être instructif et utile.
      La naturopathie est vraiment un domaine plein de ressources, je t’encourage à te renseigner à ce sujet si cela t’intéresse.
      La question n’est pas idiote, au contraire, elle est pertinente ! Oui, tu peux parfumer ton riz ou même infuser l’eau dans laquelle tu cuit ton riz. Un bon moyen pour ne pas s’ennuyer durant ta monodiète.
      J’espère avoir répondu à ta question.
      Belle journée et à bientôt,

  • Reply
    Claire
    22 janvier 2018 at 20 h 47 min

    Hello Marie,
    C’est un très bel article, très complet ! Personnellement je ne suis pas capable « psychologiquement » de faire une monodiète (bon je pensais ne pas être capable d’arrêter la viande et au final je tends vers le végétarisme depuis octobre…). C’est un beau challenge. Mais comme tu le dis au début, il vaut mieux bien s’entourer pour ne pas faire n’importe quoi.
    Au fait, pourquoi avoir choisi la pomme ?
    A bientôt,
    Claire

    • Reply
      Marie Eppe
      25 janvier 2018 at 8 h 52 min

      Bonjour Claire,
      Merci beaucoup pour ton retour. Effectivement, manger un seul et unique ingrédient durant 3 jours n’est pas donné à tout le monde. En revanche, si tu en ressens le besoin, sans t’en sentir capable, pourquoi pas instaurer un repas monodiète par semaine. Par exemple un bol de soupe de courge, un bol de compote de pommes, un bol de riz, une fois par semaine.
      Effectivement, s’entourer de personnes qualifiées est indispensable. Il y a beaucoup d’informations floues et incomplètes sur Internet, d’où mon envie de rédiger un article complet à ce sujet.
      Pour répondre à ta question, la pomme parce que c’est un aliment que j’aime beaucoup, qui est déclinable « à l’infini ». Quand j’y pense, je me dis que j’aurais pu tenter à la carotte également, peut-être l’année prochaine. En revanche le riz ne m’attire pas du tout, ce n’est pas l’aliment vers lequel je me tournerais si je voudrais reposer mon système digestif. Le raisin est pour moi pas assez nourrissant, je suis persuadée que je ne serais pas rassasiée après un repas de raisin, alors 3 jours, je n’ose pas imaginer.
      Belle journée. A bientôt,

  • Reply
    Astrid (Rhapsody in Green)
    25 janvier 2018 at 8 h 33 min

    Coucou Marie,
    Merci pour cet article complet. J’étais au départ totalement hermétique à la monodiète mais maintenant, l’idée commence à faire son bout de chemin. Je ne sais pas si j’oserai me lancer un jour, car j’ai une vie très active et sportive, mais je me dis que ça pourrait me faire du bien. Par contre tu ne parles pas de ton expérience personnelle : comment as-tu vécu ta monodiète ? Quels bienfaits en as-tu retirés ? Bises

    • Reply
      Marie Eppe
      25 janvier 2018 at 9 h 02 min

      Bonjour Astrid,
      Merci pour ton retour. Ton rythme de vie ne te permet peut-être pas d’envisager une monodiète sur 3 jours, mais par contre tu peux peut-être envisager un repas monodiète par semaine. Un bol de soupe, de compote ou de riz une fois par semaine, le soir par exemple, peut peut-être te correspondre. Je sais que tu fais beaucoup de course à pieds, un bol de riz pour être une recharge glucidique. Ca peut donc être un bon compromis entre ta vie sportive et le bien-être de ton système digestif.
      Effectivement. J’avais aussi voulu écrire un article pour parler de mon expérience, mais en le rédigeant, j’en ai oublié de le faire. Merci pour cette remarque, je vais ajouter un paragraphe à ce sujet. Pour résumer en avant-première (aha), je l’ai très bien vécu. Aucune frustration, aucune baisse d’énergie. Après 3 jours, j’avais toujours envie de pommes, donc j’ai pu retrouver une alimentation normale progressivement sans problème. Je n’avais pas envie de « cochonneries ». De plus, j’ai retrouvé mes sensations de satiété, c’était LA chose que je recherchais en faisant cette monodiète cette année.
      Belle journée. A bientôt,
      Belle journée. A bientôt,

  • Reply
    Bénédicte
    26 janvier 2018 at 22 h 39 min

    J’ai enfin pris le temps de lire ton article Très intéressant et bien détaillé, je pense l’article le plus complet que j’ai pu lire sur les monodiètes. Tu même donné envie d’en faire une (mais on verra plus tard, en ce moment c’est pas le moment même si je t’avoue que j’en aurais bien besoin, mon bidou et mon visage/boutons c’est l’anarchie)

    • Reply
      Marie Eppe
      30 janvier 2018 at 13 h 09 min

      Merci d’avoir pris le temps de lire cet article Bénédicte. Et surtout merci pour ton retour enthousiaste qui me fait extrêmement plaisir. Effectivement, si ton rythme de vie actuel n’est pas propice à une monodiète, je ne te conseille pas de te lancer, bien que tu en ressentes le besoin. Par contre, pourquoi pas instaurer un repas monodiète 1 fois par semaine, un soir du week-end où tu n’as pas spécialement besoin de beaucoup d’énergie par exemple. Un bol de soupe de potimarron ou de butternut, un bol de compote de pommes ou un bol de riz par exemple. Sur plusieurs demain, une monodiète alternée peut peut-être te faire du bien.
      A très vite,

  • Reply
    My Lifestyle & Travel
    27 janvier 2018 at 11 h 24 min

    Coucou Marie,

    La monodiete m’a toujours intéresse, j’en ai lu et vues des articles et vidéos à ce sujet. Pourtant, je n’ai jamais essayé ! Ton article est super bien détaillés et rassurant, j’en apprends encore plus grâce à toi. C’est bon, je crois avoir trouvé le type de personne que je suis « neuro-artrithiques  » moi qui est sensible au froid ahahah. Pour les aliments proposés, la pomme est également un fruit sur lequel je me serai retourné. Un fruit que j’aime particulièrement, rassasient et de saison qui le rend parfait.

    Bonne journée et à bientôt

    • Reply
      Marie Eppe
      30 janvier 2018 at 13 h 14 min

      Bonjour Emeline,
      Toi qui t’es déjà renseigné à ce sujet, je suis ravie d’avoir quand même pu te permettre d’en apprendre davantage sur le sujet. Connaître ta personnalité te permettra peut-être de t’aider à t’identifier plus en détails dans le domaine de la naturopathie de manière générale.
      Effectivement, la pomme est vraiment l’aliment idéal selon moi.
      A très vite,

  • Reply
    Sport : Mon Mois Sportif #janvier2018
    2 février 2018 at 18 h 10 min

    […] j’ai réalisé courant janvier une monodiète de pommes sur 3 jours (je vous en parle ici). Ce qui m’a permis de bien détoxifier mon système digestif et de retrouver mes sensations […]

  • Reply
    Mégane & Co
    11 février 2018 at 22 h 55 min

    Article très intéressant et surtout complet merci beaucoup ! Ça permet de mieux comprendre l’enjeu d’une monodiète au moins on sait mieux dans quoi on se lance. J’avais essayé une fois une’ minodiete à la clémentine mais je m’étais très mal informée et j’ai pas pu aller jusqu’au bout parce que mon corps n’etait pas prêt.

    • Reply
      Marie Eppe
      13 février 2018 at 11 h 17 min

      Merci à toi Mégane ! Je suis ravie que cet article ait pu répondre à bon nombre de tes questions et ait permis de t’éclairer un petit peu sur le sujet.
      Tu as bien fait d’écouter ton corps et de stopper la monodiète lorsque tu as ressenti le besoin. Toujours écouter son corps et ses sensations.
      A bientôt,

Leave a Reply