BAVARDAGES

Doit-on être qualifié pour se lancer professionnellement ?

7 octobre 2018

Se-Lancer-Professionnellement-Entrepreneuriat

Ceux qui me suivent depuis quelques temps maintenant le savent, cela fait plusieurs années que j’ai de l’intérêt pour l’entrepreneuriat et que créer ma propre entreprise est quelque chose qui m’anime et me motive au quotidien. Pourtant, je n’ai peut-être pas le profil « type » ou « conventionnel » comme on dit. En effet, je suis tout juste diplômée d’une école d’ingénieur agro-alimentaire. Mes études m’ont appris beaucoup de choses, dans divers domaines, mais ne me permettent peut-être pas d’avoir toutes les compétences nécessaires pour me lancer dans l’entrepreneuriat. Toutefois, ce n’est pas ce qui me fera reculer.
.

Acquérir des compétences par la passion 

Pour moi, tout le monde part de zéro, dans tous les domaines. Un champion olympique ne le devient pas du jour au lendemain, un marathonien ne le devient pas par le fruit du hasard. Et bien pour moi, il en est de même en ce qui concerne le côté professionnel. Les compétences s’acquièrent certes par le travail et par l’expérience au sein d’une entreprise, mais aussi de manière autonome, par la curiosité et la recherche d’informations. En d’autres termes, je pense que chacun est capable d’acquérir des connaissances dans quelque domaine que ce soit du moment qu’il y porte de l’intérêt et qu’il est motivé et passionné par celui-ci.

Un diplôme est peut-être une « preuve » ou un moyen de rassurer un employeur, un investisseur, mais pour moi ça ne fait pas tout. Les études, surtout en France, apportent en premier lieu des compétences théoriques. Sommes-nous capables de les mettre en œuvre concrètement ? Personne ne peut le savoir avant que l’on ait pu faire nos preuves.
.

Oser sortir des rangs

Je le disais un petit peu plus haut, je suis diplômée d’école d’ingénieur et je souhaite me lancer dans l’entrepreneuriat. Certes, ma formation m’a permis de mettre un premier pas dans la création d’entreprise, grâce au développement d’un projet d’éco-innovation alimentaire et à la participation au concours Ecotrophelia France 2018. Mais d’un premier point du vue, mon diplôme me permettrait de rejoindre un groupe ou une entreprise du domaine de l’agroalimentaire avec un statut de « cadre ». Et pourtant ce n’est pas ce à quoi j’aspire. Alors dois-je rester dans les rangs ou ai-je le « droit » d’en sortir et de concrétiser mes rêves ? La stabilité d’un contrat et d’un salaire d’ingénieur ou bien l’épanouissement personnel et en accord avec mes valeurs ? J’ai fait le choix d’oser. Ai-je raison ? Je ne le sais pas encore. Mais une chose est sûre : si je n’ose pas, je ne le saurai jamais. Alors que si j’ose, même en échouant j’aurai essayé et j’aurai surtout appris !

.

J’ai hésité à publier cet article dans lequel je me livre plus qu’à mes habitudes. Mais j’ai décidé de me confier car je souhaiterais avoir votre point de vue, votre opinion ou encore votre retour d’expérience sur la question. Seriez-vous prêt(e)s à vous lancer dans un domaine dans lequel vous n’êtes pas diplômés mais qui vous fait rêver et que vous souhaiteriez concrétiser ?.

A dimanche prochain,

cropped-new_identite3.jpgInstagram | Facebook

3
  • Reply
    Céline Dellac
    7 octobre 2018 at 14 h 02 min

    Hello Marie 🙂
    Je pense en te lisant toutes les semaines que l’entreprenariat est la chose qui te permettrait de t’épanouir !

    Après est ce que tu es obligée de te lancer toute seule ? Tu ne peux pas trouver une personne qui aspire aux mêmes choses mais dans des domaines complémentaires? (Je pense à la compta, au marketing par exemple)
    Avec les réseaux sociaux aujourd’hui tu dois pouvoir trouver des plateformes des forums pour pouvoir aussi te « rassurer » taider sur ces domaines où tu dois apprendre 🙂
    En tout cas hâte de te suivre dans cette aventure !!

    Bisous d’une ancienne élève #vivelerasmusenirlande♡
    Céline

    • Reply
      Marie Eppe
      7 octobre 2018 at 21 h 53 min

      Hello Céline,
      Je suis surprise, mais surtout touchée de te voir par ici.
      Je crois qu’effectivement en plus de le souhaiter sincèrement, cette ambition se voit de l’extérieur également. Comme tu le dis très bien, je préférais me lancer à deux. Pour plusieurs raisons, dont celles que tu abordes. C’était la seule chose qui me faisait douter et me freinait. Et puis finalement je me suis dis que ce n’est pas en allant prendre un poste dans une entreprise que mon ou ma futur(e) associé(e) allait tomber du ciel, mais plutôt en en parlant autour de moi et en commençant à me plonger sur ce projet que je pourrai potentiellement faire de belles rencontres. Et effectivement, j’ai déjà vu quelques initiatives qui me permettraient de faire ces rencontres là et d’avancer.
      Merci beaucoup pour ton petit mot et à bientôt.

      Bisous #erasmusenirlandeinoubliable♡

  • Reply
    Pêche & Églantine
    7 octobre 2018 at 15 h 24 min

    Oh comme je me retrouve dans ton billet !
    Pour moi c’est avant tout la passion, la curiosité et l’énergie que l’on met dans son projet pour créer une structure qui nous ressemble qui importe. Nous avons bien trop tendance (en France) à tout miser sur le diplôme et l’âge, comme si tout cela nous procurait le droit, ou non, de créer notre entreprise et de connaitre le « succès ». Et pourtant c’est lorsque l’on écoute son cœur et ses tripes que l’on réussit le mieux et surtout, que l’on est le plus heureux.

    Alors continuons comme ça, croyons fort en nous et nous y arriverons !
    Bisous,
    Pêche

    • Reply
      Marie Eppe
      7 octobre 2018 at 22 h 12 min

      Bonjour Pêche,
      Merci pour ton partage. Je partage totalement ton opinion sur le système français… Les diplômes ne veulent pour moi pas dire grand chose, et pourtant ils accordent des droits et des non-droits. A tel point que l’on pousse les adolescents à faire des études dans lesquelles ils ne se retrouvent pas forcément… Pourquoi pousser un élève, certes doué, à aller en seconde générale plutôt qu’en CAP boulangerie/pâtisserie dont il rêve ? Suivons nos intuitions et comme tu le dis croyons en nous.
      A bientôt,

  • Reply
    Marion
    7 octobre 2018 at 15 h 37 min

    Bonjour Marie,

    Merci beaucoup pour cet article qui me réconforte également ! Il m’arrive parfois aussi de rêver à la création d’une petite boutique, mais mon manque de diplôme et d’expérience est, en mon sens ce qui me décrédibilise le plus. Pourtant on ne manque pas d’exemples de personnes qui réussissent à partir de rien, alors pourquoi ce sentiment de culpabilité ? Je continue malgré tout de chercher des possibilités de formation pour parvenir à mon rêve. Qui sait ! Très belle journée !

    • Reply
      Marie Eppe
      7 octobre 2018 at 22 h 22 min

      Bonjour Marion,
      Je n’ai qu’une chose à te dire, fonces. Si c’est ce dont tu as envie, ce qui te fait rêver, alors tu en es capable. Alors certes ça te demandera du travail, de la rigueur, de nombreuses recherches, mais si tu es passionnée par tout ça, alors tu réussiras à le concrétiser.
      J’espère que cet article te poussera à réfléchir davantage à ce projet qui te fait tant envie.
      A bientôt,

  • Reply
    Blondie
    10 octobre 2018 at 9 h 58 min

    Totalement d’accord avec toi… ces dernières années je me suis rendu compte qu’au final, j’avais envie de monter quelque chose par moi-même. C’est pas toujours simple, entre les proches qui s’inquiètent pour toi, ceux qui te disent en effet que « tu n’as absolument pas fait d’étude là-dedans, alors pourquoi tu veux tenter ça ? »… c’est parfois compliqué de garder la motivation. Mais je ne désespère pas 😀
    J’espère que tu réussiras à monter ton projet toi aussi et que tu nous tiendras au courant de l’avancée 🙂
    Bises

    • Reply
      Marie Eppe
      10 octobre 2018 at 20 h 42 min

      Bonjour Blondie,
      Effectivement, l’entrepreneuriat est un travail de longue haleine, parfois semé d’embuches. Beaucoup le compare à un marathon et je suis plutôt d’accord avec eux. Merci beaucoup. Je ne manquerai pas à vous tenir informé(e)s par ici. Je te souhaite que de belles choses à toi aussi, persévères, si c’est ce que tu veux vraiment tu y arriveras et tu prouveras à tous ceux qui ont pu douter parfois que tu en étais capable.
      A bientôt,

  • Reply
    Azalée
    11 octobre 2018 at 19 h 06 min

    J’ai des rêves aussi pour me lancer et être mon propre patron, mais c’est encore loin devant moi. J’ai d’autres projets qui, en attendant que je peaufine mon projet d’entrepeunariat, me permettent aussi d’avoir une stabilité.

    • Reply
      Marie Eppe
      11 octobre 2018 at 21 h 55 min

      Avoir des projets, divers soient-ils, nous permettent de rester motivé, inspiré et d’avancer en s’enrichissant sans cesse.
      Je te souhaite plein de belles choses dans tes projets Azalée.
      A bientôt,

  • Reply
    Claire
    12 octobre 2018 at 18 h 02 min

    Hello Marie,
    Je regrette que cet article ne soit pas plus lo’g car je trouve le sujet très intéressant !
    Je n’ai jamais voulu monter mon entreprise, en revanche j’ai toujours souhaité m’épanouir au travail. On y passe tellement de temps..
    Je pense que si tu veux sortir du rang, c’est ton choix et celui de personne d’autre. Si tu as un projet et si tu te sens capable de le monter, fais le. Si tu as un rêve, mets tout en œuvre pour l’atteindre.
    Effectivement en France on pense diplôme avant autre chose mais je pe’se que cela est en train de changer. Je l’espère car un diplôme ne peut pas résumer une personne ou l’ensemble de ses connaissances et compétences.
    Je dis cela mais j’ai pas mal de diplômes.. Mais en sortant du Master je ne me sentais pas légitime pour autant.
    J’espère que tu réalisera tes rêves !
    À bientôt
    Claire

    • Reply
      Marie Eppe
      13 octobre 2018 at 9 h 12 min

      Bonjour Claire,
      Je te rejoins l’épanouissement au travail est primordial. Et je pense aussi que c’est en partie pour cette raison que plus le temps passe, plus les gens font des reconversions professionnelles. Se lasser, évoluer et ne plus être en phase entre ses valeurs et son métier, arrive de plus en plus régulièrement. Et par conséquent, les choses sont sur le chemin de l’évolution, en tout cas, comme toi, je l’espère.
      C’est assez paradoxal, car je pense que nous sommes nombreux à ne pas se sentir légitime. C’est une question de confiance en soi et je pense que ça se travaille personnellement au delà des formations et des études.
      En tout cas je te remercie pour quelques mots, toujours très bienveillants.
      A très vite,

Leave a Reply